Michel-02
Retour à la
bibliographie




POÈMES       1960 –  1977



UN TEMPS D'AMOUR
ET DE VOYAGE

Temps-amour

Phalanstère de la poésie,
Bruxelles, 1960
60 pages

La ville a des relents d’azur
Et des hiéroglyphes  aux eaux-fortes des façades

Une faune d’archives
Et des lames d’asphalte
À n’en plus finir

Un circuit ivre d’eau
De lumière foraine
Et de terre domestique

Un long  baiser d’argile aux châssis des fenêtres
Et des veines d’acier
À la coupe des murs

« Quand d’aventure, il m’arrive de relire les premiers poèmes de Michel Joiret, je reste confondu par l’extraordinaire rapidité d’une évolution qui, en moins de trois ans, devait le conduire des accents fort gratuits d’un romantisme grandiloquent et ostentatoire à une prise de conscience parfaitement lucide des véritables ressources de la poésie et à leur exploitation systématique et rationnelle. »

Robert Montal, extrait de la préface

 
         À force d’être songe

          Au bord d’un lac gelé
          On est chien par sa longe
          À jamais étranglé,

          On attend que se touchent
          Les deux rives du froid
          Et que l’éclat des bouches
          Fasse craquer les bois,

          On attend l’autre règne
          Aux Pâques du soleil
          Entre les clous qui saignent
          On cherche le sommeil

          Et seul dans sa boutique
          Aux ornières de vent
          A force d’être antique
          On est couleur de temps.

Autre règne

Préface de Jacques Belmans
Illustration de Chantal Foccroulle


Poésie des limites
et limites de la poésie,
collection Prisme,
Pâturage, 1966

36 pages


QUARANTAINE

Quarantaine

Le Portulan
Bruxelles, 1968
46 pages


Prix
Prix  de l'Athénée d'Ottignies
1982
(futur Prix Robert Goffin)
Remis par
Robert Goffin,
président du jury
          Moi je ne sais plus rien d’Ostende…

          Ce long  voyage écrit pour deux
          Que nous consommons de guingois,
          Toi, dans le jour à luire, et moi,
          Dans la pipe éteinte des vieux,

          C’est le tabac des mêmes bouches
          Qui se prise entre deux hivers,
          L’espace jumeau des couverts
          À la table où l’on a fait souche,

          Qu’ai-je donc fait de mes patiences ?
          Dans quelle tour de hêtre gris
          La crécelle des oiseaux pris
          Au piège de mon passé danse ?

          Ma voile ravaude ses pans
          Et la serpe entre les barreaux
          Du temps me taille entre les mots
          Comme un outil sans argument,

          L’ortie a crevé le ciel blanc
          Et mes échardes de soleil
          Me ramènent comme l’abeille
          À la ruche pourrie des ans,

          Ce long voyage écrit pour rien
          Force ma porte au fil des jours
          Et la mort s’essaie à rebours
          Au jeu des feuilles et des chiens…


« La quarantaine » est la mise à l'écart des équipages de navires ou de poètes qui se souviennent.
Michel Joiret. revenu d'un voyage en Tunisie, mêle dans son recueil les sonorités éclatantes d'une terre de soleil à la grisaille dense des paysages de la mer du Nord.
On sent en Michel Joiret un poète à maturité lente qui compose, avec ses rythmes et les sonorités martelées du huitain, te curieux échange du vent de la mer et des versets du muezzin.
Un très beau volume à lire. Pages de nostalgies sans doute, mais aussi livre de sable, de sel et d'espérance.
Le Soir.

Depuis les premiers ouvrages (…), la poésie de Michel JOIRET a gagné en vigueur et en simplicité. Le titre signifiant du recueil en souligne l'idée directrice : le sentiment (déjà présent dans les livres antérieurs) d'une profonde déréliction, d'une solitude que ni l'amour ni l'amitié n'amvent à combler totalement. Toutefois, un séjour prolongé en Tunisie, dont les premiers échos retentissaient déjà dans L'autre règne et dans La cité des feuilles, ont permis à JOIRET de renouveler son imagerie personnelle et d'enrichir encore un lexique déjà riche et varié Mais, à côté des évocations africaines (« cent oliviers, Béchir, pour ta sœur Hassnia... »), on retrouve les paysages familiers qui bercèrent l'adolescence du poète (Bruxelles, la mer, Ostende), ainsi que les auteurs élus, Rimbaud, Gide, Éluard, Ghelderode.
En dépit de ces références culturelles, la poésie de Michel JOIRET s'impose d'emblée par sa sincérité, une mélancolie douce-amère, à laquelle les vers de six ou de huit pieds enlèvent toute em phase et toute pesanteur
Robert Frickx
in: Cent auteurs.

          Brûlent avec la paille
          Des quignons de chair vive,
          Il n’est d’homme qui vaille
          Son poids d’enfance vive,

          Les fillettes reprisent
          À grands coupe de cadran
          La cœur sous la chemise
          Où je marquais le temps,

          Sous des lunettes noires
          Que le soleil s’écrive
          Et qu’il se puisse voir
          Assez pour qu’on en vive,

          C’est qu’il faut bien que trotte
          Dans un bureau glacé
          Le limon sous les bottes
          D'une course arrêtée,

          Que l’on saigne de l’os
          Quand la chair ne peut plus
          Et que l’éclat des noces
          Du temps nous soit rendu,

          Laissons battre des ailes
          Les oiseaux interdits,
          La faute incombe au ciel
          De n’être pas d’ici.

VIVIER

Vivier

Autoédition
Bruxelles, 1970
28 pages

Prix des Rendez-vous de fil en aiguille


LE NORD AU FRONT

Arbre-01

Le Portulan
Bruxelles, 1972
56 pages

Les chats dont j‘ai peuplé
          Mes lambris d ’horizon
          Quand ma porte aux tessons
          D’oubli s’était fermée,

          Je les caresserais
          Dans un panier d’argile
          Pour le g este tranquille
          Du présent qu’ils ont fait.

                        *

          Ouvre la tête d’un Pierrot
          Où les fusains du ciel bavardent
          Dans chaque mémoire bouffarde
          Saliveront de vieux mégots

          Il n’y a plus de sentinelle
          Dans la guérite des sapins
          Et c’est au rhum des pharisiens
          Que nous devrons flamber Noël

          Cette année les Pierrots lunaires
          Montent dans les chambres d’enfant
          Ainsi que la poésie dans
          Les cartouches d’Apollinaire

Si Michel Joiret fut enseignant en Tunisie, il garde « Le Nord au front » ainsi que son plus récent recueil de poèmes nous l'apprend.
Cet ancien élève de Robert Montal, avec « Le Nord au Front, semble dériver vers quelque pays plus doux que ceux où il a débarqué auparavant. Gaston Godfrin,  avec  un  remarquable souci de l'expression, a défini Michel Joiret comme le « poète de la méprise de vie », mettant en exergue ses qualités : richesse des images, secret des correspondances, audace et tonicité…
La Dernière Heure.
          J’ai l’impression de m’être endormi
          Au fond d’une barque

          Et qu’à mon insu cette barque s’éloigne
          De la rive

          Chaque jour qui vient m’écarte davantage
          De la côte,

          Je crains le matin

          Qui m’ôtera l’envie de retourner là-bas
          Où j’aurai cessé de vivre

          D’avoir vécu parmi vous…

                                *

     Province

         Des jardins en tiroir dans la commode verte,
         Des rideaux fatigués sur une tête ovale,
         Le journal en fronton sur l’accoudoir des chaises,

     Province

         Mille fois retournée l’herbe d’une chambre vide

     Province

         Des livres marcottés, paginés et piqués
         Pour d’improbables juillets sous la lampe,

     Province

         L’enfant naît habillé. Son menton de rhubarbe
         Attend bientôt la honte chaude d’une langue à fouiller

     Province

         Et puis des cuivres et des bois jusqu’à la cire du vaisselier,



CHAMBRE SOURDE

Chambre sourde

Fagne
Bruxelles, 1976
24 pages








À l'allure souvent descriptive des recueils antérieurs, qui faisaient la pan assez large au pittoresque, succède, avec Souffleur de cendre, une poésie d'introspection où l'on relève surtout, à côté de l'obsession de l'aliénation, omniprésente chez JOIRET, une recherche opiniâtre de l'identité perdue ou menacée : « Peut-être en marchant vers le soir / Arriverai-je à être moi ». Cette hantise de l'identité profonde se traduit fréquemment par l'image du cercle, qui symbolise le retour aux origines, à l'enfance, à la vie matricielle. On en trouve encore plusieurs occurrences dans Maître silence, où les poèmes en vers libres ou réguliers alternent avec la prose poétique, déjà présente dans Chambre sourde. Eros et Thanatos sont les deux pôles d'une dialectique littéraire qui se résout, en définitive, dans une acception conditionnelle de l'existence. C'est ce qui explique sans doute, dans la poésie de JOIRET, ces allusions fréquentes au règne minéral et ce constant besoin de s'identifier à la matière « Ce mal d'être
le bois ciré / D'une commode sans écharde »

Robert Frickx
in: Cent auteurs.





Michel-02
Retour à la
bibliographie