Différence
Éditions Le Pré aux Sources
Bruxelles, 1991
ISBN 2-87269-008-5
117 pages


Michel-02
Retour à la
bibliographie








LA DIFFÉRENCE



ARGUMENT

L'amour serait-il la forme la plus achevée du terrorisme ? Jacques Fréat semble le penser en vouant au buste de Marie un culte où se mêlent des pulsions et des ferveurs proches du paganisme. Et si : Aimer un être, c'est tuer tous les autres », ainsi que le disait Albert Camus, il existe aussi mille et une manière de pousser le sacrifice au plus loin... Fréat vit donc dans le compagnonnage figé de Marie et de son passé : deux images contradictoires qui se combattent sans merci. Cette guerre des fantasmes se livre la nuit, lorsque se développent les images agressives de l'inconscient et que Fréat leur est jeté en pâture. Mais elle se poursuit aussi le jour quand Fréat s'oppose à la terrible organisation de la tutelle sociale... Le lecteur s'aperçoit peu à peu que l'amour n'est pas une réponse bien reçue par le tribunal de « la meute » et que la société évacue sans ménagements les branches mortes qui entravent sa lourde progression. Et la marginalité de Jacques Fréat apparaît alors en pleine lumière. Il n'y a pas de thérapie par l'amour ; il n'y a pas de sauvegarde par la tendresse. Tout au plus, Jacques Fréat serait un poseur de bombes sous le trône vide et malodorant de la respectabilité...


EXTRAIT


Je paye et je m’en vais.

Seul. Pas tout à fait cependant. Les voitures ont l’air de grésiller comme sur un fond de poêle brûlante. Dans les rues, je me regarde à travers les autres comme si le plaisir diffus assurait ma propre jouissance. Derrière les parois transversales des terrasses improvisées, les ombres s’accrochent et s’enlacent. On dirait que les images brûlantes saturent le fond de l’œil par où s’allument mes brasiers intérieurs. Chaque nuit, je m’engage dans une araignée dont les fils de lumière me ramènent à l’étoile : je veux dire que je ne me déplace plus sans savoir la couleur de celle que je cherche au ventre en me cherchant parmi les autres.

Depuis deux ans déjà, je me répands dans un même secret comme poursuivi par l’urgence de cette singulière et rituelle profanation d’un dessin de femme.