Beau-noir
Éditions Dricot
ISBN 978-2-87095-350-1
180 pages


Michel-02
Retour à la
bibliographie








À L'ENSEIGNE DU BEAU NOIR



Vieille enseigne des années cinquante, Le Beau Noir désignait, à l'époque, une chaîne de blanchisseries particulièrement florissantes. La ringardise du temps n'était pas absente dans l'image de «propreté» offerte au public : un Noir au sourire éclatant dont le haut col immaculé avait pour objet de recommander expressément les services de la boutique. Il est porteur, peut-être malgré lui, d'un fameux sac de nœuds, ce Beau Noir, sorti du passé de Matongé au cœur de la commune d'Ixelles. Le commissaire Saint-Loup se montre perplexe devant une série d'assassinats perpétrés dans les milieux africains de Bruxelles. Par ailleurs, le parking souterrain du nouveau supermarché Clara, implanté dans le paysage dévasté du quartier Nord de la capitale, draine une clientèle interlope où finance et politique semblent s'être associées à de bien étranges affaires. Comment le commissaire et son équipe d'enquêteurs arriveront-ils à nouer des énigmes apparemment dépourvues de toute relation ? Comment Saint-Loup échappera-t-il aux retombées d'une vie privée extravagante ? En quoi la présence d'un corbeau rendra-t-elle plus délicates encore, les initiatives prises parles policiers ? Dans la tête de Saint-Loup, les blanches et les noires désignent les fruits de la passion. Pour «Théo l'Africain», le temps d'une enquête est une piste de senteurs et de couleurs: sensualité oblige.


EXTRAIT

Ca pue le gaz dans le poulailler !

Rien que par la composition de l’équipe : Commissaire, inspecteurs, procureur, techniciens du labo, photographes, agents de faction, badauds devant l’immeuble, journalistes…

Théo n’en menait pas large. Il était dix heures quand il avait été prévenu. Suzanne Akeya avait été poignardée. Comme son mari, au numéro 5 de la rue Van Aa, non loin du quartier Matongé où la communauté noire, d’ordinaire très paisible, peut s’enflammer pour un rien…

L’assassin n’en était visiblement pas à son coup d’essai. Rien qu’à voir la position du corps et le couteau planté au milieu du dos, la conclusion s’imposait d’elle-même.  La veuve avait été tuée de la même manière que son mari et probablement par le même exécuteur.

Malgré lui, le commissaire observe le canapé où, quelques jours plus tôt, il a éprouvé tant de plaisir. Les flashes crépitent dans la salle de bains où Suzanne est allongée dans une traînée de sang. Il cherche sa pipe, ne la trouve pas et jure tandis que les gens du labo rangent déjà leur matériel.




Je ne connaissais pas cette facette du talent de Michel Joiret: l'auteur de romans policiers. Et le fait est qu'il y a là un talent certain : l'art du dialogue, nerveux, incisif, celui de créer une atmosphère, le rythme soutenu de l'action. Bien sûr, je ne vais pas vous résumer celle-ci. Disons seulement qu'il y a là un commissaire porté sur la chose, et qui a une mémoire infaillible des silhouettes féminines. Un commissaire qui ne se refuse aucun plaisir, mais qui les oublie séance tenante et dont le regard se met à briller dangereusement dès que son flair est en éveil. Une sorte de Maigret cavaleur, cabochard, revenu de tout sauf du sexe, sans illusions, mais bougrement porté aux allusions. Vous avouerai-je que, ce héros n'ayant pas encore été porté à l'écran, il m'est arrivé, tout en lisant, de me l'imaginer sous les traits de Michel Joiret lui-même ?
Et puis, il y a là une description de Matonge qui est une véritable page d'anthologie :
« Quel Bruxellois prétendrait ignorer l'existence de ce petit village congolais au cœur même de la ville ! Matonge, le voyage pour rien au pays des boubous, des palabres et des ressacs de couleurs chaudes dans des rues africaines qui font de l'Europe fondue sous la pluie, une étrange banlieue... Alors que Bruxelles est plongé dans le noir ou dans l'uniformément gris, dans l'unique saison morne des petites gelées et des matins froids, Matonge tam-tamise gaiement des flots de paroles, des coulées de fous rires, des mouvements expressifs. De la Porte de Namur, une longue chaussée descend comme une piste citadine dans les profondeurs d'Ixelles, saisit des odeurs, des voix et des danses qu 'on ne trouve dans aucun autre quartier de la capitale. Un îlot dans une mer de silences, de propos tendus, de regards glacé s... La fête dans le désert, le piquie-nique entre les tombes... C'est ainsi gué Théo voyait le auartier Matonge »

Joseph Bodson
Le Reflet de chez nous


Humour noir

Nouvel arrivé dans le paysage littéraire des commissaires de la littérature policière belge, voici donc le commissaire Théodore Saint- Loup qui sévit à Ixelles, muni de sa pipe et d'une petite équipe d'inspecteurs sympathiques. Elle devra  mettre en évidence toutes ses qualités pour débrouiller la série de meurtres qui se déroulent dans et autour de la communauté noire bruxelloise. Les caissières du grand-magasin, comme son parking, comme son gérant, sont de bien étranges personnages alors que les Noirs tombent comme des mouches. Saint-Loup, tel un Maigret de son siècle, s'acharne en refusant de donner trop de crédit aux petits mots de menace signés Prométhée. Il devra même prendre l'avion jusqu'au Congo pour démêler l'affaire et revenir sur les traces d'une blanchisserie à l'enseigne du Beau Noir.
Ce polar ne manque ni d'humour, ni de situations cocasses.

Guy Delhasse.

La gouaille des nombreux personnages du polar qu'il met en scène dans les quartiers du nord de Bruxelles et de Matongé, est nettement plus dure et n'évite pas les tirades d'injures, hélas moins plaisantes que celles du Capitaine Haddock. Le Commissaire Théo Saint-Loup, témoin de meurtres répétés, part sur les pistes (glauques, mais pimentées de torrides conquêtes) des assassins présumés, suivi de près par un corbeau
cynique et envahissant, à travers les dédales de trafics divers, depuis un supermarché au parking suspect, jusqu'à la forêt congolaise, pour aboutir à l'Enseigne du Beau Noir, nom d'une blanchisserie donnant son titre au livre. Gare aux virages : cela va vite et il faut s'accrocher !

Marie-Clotilde Roose

Le Mensuel littéraire et poétique